Forum des clans Sendaketa et Fillettes
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 La déchéance d'une prêtresse.

Aller en bas 
AuteurMessage
Lenaliel Effendil
Rôdeuse elfe noire
avatar

Nombre de messages : 19
Date d'inscription : 13/11/2005

MessageSujet: La déchéance d'une prêtresse.   Lun 14 Nov - 12:49

Je viens recopier ici le RP que j'ai écrit sur le forum de SarWyen avant de l'effacer là-bas, l'attitude de ces crétins m'horripile...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lenaliel Effendil
Rôdeuse elfe noire
avatar

Nombre de messages : 19
Date d'inscription : 13/11/2005

MessageSujet: Re: La déchéance d'une prêtresse.   Lun 14 Nov - 12:50

LE BOUT DU CHEMIN EST PROCHE [Age : 140 ans, Menzoberranzan Temple, dernière année de Noviciat]

Lenaliel se réveilla soucieuse. La matrone avait choisi les Novices qui allaient être présentées à la Déesse Llolth, et la jeune Drow en faisait partie. Elle aurait dû être honorée de ce choix, pourtant un poids lui comprima la poitrine à cette idée.
Elle ne devait absolument pas faire paraître la moindre trace de contrariété à ce sujet, sinon l’une ou l’autre de ses « camarades » aurait tôt fait de lui planter une dague dans le dos au premier détour de couloir. Les Novices apprenaient l’art du meurtre en parallèle de celui de la dévotion, et Lenaliel elle-même s’était déjà exercé sur quelques faibles (selon ses critères personnels, évidemment…). Elle savait où et comment enfoncer la lame pour ne produire qu’un gargouillis discret de sa victime. Aussi, la semaine des nominations de l’ordonnance des prêtresses était une période délicate, et le taux de mortalité chez les Novices augmentait singulièrement, et sur la vingtaine de noms prononcés, la moitié seulement était présente devant l’autel de la Déesse Noire le jour de la cérémonie.
Lenaliel le savait. Elle entra dans le réfectoire des Novices, jetant un regard hautain à l’assemblée. Elle n’était plus du même rang que celles qui étaient attablées à présent, elle faisait déjà partie des élues de Llolth après tout. Elle choisit son petit déjeuner comme à son habitude et alla s’asseoir. Elle attrapa par le col de la robe et sans ménagement la Novice de rang inférieure à côté de qui elle s’était assise.

« Goûte ! » ordonna Lenaliel.

La Novice voulu commencer à protester, mais Lena la fit taire d’un revers de main. La pauvre Drow goûta le plat de Lena, et s’effondra dans la seconde, terrassée par le poison. Elle jeta le plat à travers la pièce sans se préoccuper de son atterrissage, repoussa le cadavre qui s’écroula au sol, prit le plat de l’infortunée Novice, et déjeuna sans plus se préoccuper de ce qu’il se passait dans la salle. Une fois son repas terminé, elle se leva et se dirigea vers la sortie. Avant de franchir le pas de la porte, elle annonça d’une voix forte.

« Si vous voulez vous débarrasser de moi, les filles, il va vous falloir vous montrer plus imaginatives… »

Puis elle disparu dans un claquement de talons. Elle croisa quelques mâles esclaves qui baissaient la tête à son approche, et cela lui arracha un sourire. Pas à cause du pouvoir qu’elle avait sur eux, mais parce qu’ainsi elle ne serait pas obligé de les punir. Elle retourna dans sa chambre, elle avait encore deux heures avant le début des Litanies. Elle pourrait peaufiner les détails de son plan…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lenaliel Effendil
Rôdeuse elfe noire
avatar

Nombre de messages : 19
Date d'inscription : 13/11/2005

MessageSujet: Re: La déchéance d'une prêtresse.   Lun 14 Nov - 12:51

ALLONS FAIRE DES COURSES [Age : 99 ans, Menzoberranzan 8e Maison, 7e année de Noviciat]

La prêtresse entra en présence de la Prêtresse Suprême.

« Maîtresse, le moment est venue… La dernière a accouché… »

La Grande Prêtresse, sur son trône, eut un sourire mauvais.

« Très bien, préparez-moi cela pour ce soir même… »
« Il en sera fait selon vos ordres Grande Prêtresse » Dit la Drow en reculant, toujours courbée et face à sa maîtresse.

Même lorsque sa position n’était pas menacée, la Grande Prêtresse pouvait tuer dans un accès de rage, voire de contentement. Sa réputation de sadique instable n’était plus à faire, et l’on ne savait jamais dans quel état on pouvait ressortir de la salle du trône.

------------------------------------------------------------------------------------------------

Lena était convoquée ce soir là, avec une vingtaine d’autres Novices. Lenaliel approchait de ses 100 ans, et devenait une belle Drow, qui contentait ses professeurs. Entendez par là qu’elle recevait un peu moins de coups de fouet que les autres…
Elles étaient rassemblées au crépuscule. Précisons ici que la notion de crépuscule est vague pour une race qui vit dans les cavernes depuis si longtemps que le mot "soleil" ne se dit plus dans leur langue, mais c’est l’heure où les Drows commençaient à se coucher… Donc le crépuscule.
Cela n’enlève rien au fait que les Novices attendaient patiemment et sans bouger qu’on daigne leur expliquer la raison de leur convocation, si toutefois on leur explique. Il n’était pas rare d’être puni sans raison particulière, simplement pour ne pas perdre l’habitude…
Une prêtresse entra et se mit face aux Novices.

« Ce soir, vous allez participer à une activité importante… Ce soir, vous pourrez vous couvrir de gloire ou de honte. Ce soir, nous allons recruter pour le Temple de Llolth. »

Les Novices s’inclinèrent en même temps à l’évocation de leur déesse. Lena était fière d’avoir été choisie, et même si elle ne connaissait pas encore les détails, elle savait qu’elle aurait l’occasion de briller.

« La huitième Maison a été prolifique , et la Matriarche et ses filles ont donné le jour a de nombreuses filles depuis quelques années… Ce soir, nous allons prendre notre part du butin. Toute les filles âgées de 30 ans et moins devront être enlevées. La Grande Prêtresse veut vingt filles. Nous en ramèneront trente ! »

Le fouet serpent qui pendait sur la cuisse de Lenaliel tressaillit de bonheur à l’idée de goûter du sang.

« Nous nous répartirons en deux groupes. Allons-y… Gloire à Llolth ! »

Les Novices s’inclinèrent à nouveau en répétant les paroles de la prêtresses et se mirent en route pour mener à bien leur mission.

------------------------------------------------------------------------------------------------

Les hommes mourraient, les femmes pleuraient et les filles criaient. La huitième Maison était à feu et à sang. La Matriarche s’était retranchée dans ses quartiers, escortée de ses Maîtres d’Arme, et était indifférente aux meurtres et enlèvements perpétrés dans sa demeure. Les hommes luttaient pour sauver ses filles, et s’ils échouaient, les survivants seraient tués en châtiment.
Lena avait enlevé déjà trois petites Drows, et elle courrait dans les couloirs, le fouet serpent à la main. Elle avait déjà mérité de porter deux lanières sur les neufs que possède une prêtresse, et elle s’en faisait une fierté. Elle était en effet la seule Novice de son rang à avoir un fouet à lanière multiples. Celui-ci était aussi tendre pour ses victimes que pour son propriétaire, et Lena recevait souvent la morsure de l’un ou l’autre serpent. La morsure, bien qu’étant venimeuse, n’incommodait pas Lena qui le possédait depuis plus de 20 ans maintenant. L’adrénaline courrait dans ses veines et elle riait de la destruction dont elle était responsable. Soudain une ombre courut à côté d’elle, et elle reconnut à temps la prêtresse en charge de son groupe, Vhaidra. Si elle avait lancé on fouet contre elle dans la panique de l’instant, elle aurait été tuée sur-le-champ. Lena retint les lanières de son fouets, excités de mordre à nouveau dans la chair toute proche.
Lena s’arrêta et Vhaidra également. Celle-ci eut un rictus mauvais.

« Alors petite Novice ? qu’est-ce que ça fait de revenir à la maison ? »

Lena s’arrêta de respirer sous le choc.

« Mais ? Mais ? Je suis née au temple… Je suis la fille d’une prêtresse… »

Vhaidra explosa alors d’un rire mauvais.

« Pauvre sotte ! Je t’ai moi-même ramassée dans ton berceau il y a 96 ans de cela… »

La prêtresse éclata à nouveau de rire en disparaissant dans un couloir.
Lena ne bougeait pas. Elle ne sentait pas non plus les deux lanières de son fouet serpent qui la mordait pour la faire réagir. L’excitation était retombé, et Lena marcha comme un zombi dans les couloirs déserts. Elles s’était éloignée du gros des combats.
Elle trouva une colonne de marbre détruite, et se cacha dessous. Elle resta longtemps assise, les paroles de Vhaidra résonnant sans fin. Une larme perla sur sa joue. Ce n’était pas la première, mais les autres étaient de rage ou de colère. La première larme de tristesse de Lena explosa sur le marbre de la huitième Maison. Lena pleura longtemps, son fouet serpent se tortillant abandonné à côté d’elle.

------------------------------------------------------------------------------------------------

La mission fut couronnée de succès, mais Lena subit une punition pour n’avoir ramené que quatres filles. Elle subit sa punition, indifférente au fait qu’elle avait déçu pour la première fois ses instructrices. Déjà, son esprit s’était ouvert à autre chose, et elle voyait désormais plus loin que les murs du Temple…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lenaliel Effendil
Rôdeuse elfe noire
avatar

Nombre de messages : 19
Date d'inscription : 13/11/2005

MessageSujet: Re: La déchéance d'une prêtresse.   Lun 14 Nov - 12:52

UNE LECON PARMI TANT D’AUTRES [Age : 77 ans, Menzoberranzan Temple, 4e année de Noviciat]

Lenaliel se leva toute excitée ce matin là. Elle avait 77 ans, et elle venait de passer un rang dans son apprentissage. Elle en était à un peu plus de la moitié de sa formation en tant que prêtresse de Llolth. Elle maîtrisait les prières de base, et commençait à apprendre sous le regard vigilant et le fouet impitoyable de ses instructrices les cérémonies avancées. Elle aurait désormais le droit de participer à toutes les cérémonies de la Grande Prêtresse, au fond du temple, avec les autres Novices. Son nouveau rang de Novice n’était pas accompagné que d’avantages car c’est également parmi les apprenties prêtresses que l’on choisissait celles qui seraient sacrifiées pour la gloire de Llolth.
Mais ces préoccupations étaient loin dans les pensées de Lena, car aujourd’hui, on allait lui remettre son fouet serpent. Elle était heureuse d’être digne de porter le symbole suprême des prêtresses, même si son fouet n’aurait qu’une unique lanière. Elle les gagnerait au fur et à mesure de son apprentissage, jusqu’à la neuvième qu’on lui remettra le jour où elle deviendrai prêtresse.
Elle arriva dans la salle d’entraînement en même temps que les autres Novices de son rang. Les instructrices avaient disposé le nombre exact de fouet sur une table. Ceux-ci se tortillaient, essayaient de se mordre les uns les autres dans un concert infernal de sifflements. Une Novice à côté de Lena ne put réprimer un frisson, ce qui arracha un sourire dédaigneux à Lena…
Au contraire, elle était fascinée par ces fouets qui étaient en réalité de vrais serpents, venimeux, et agressifs. Chacune leur tour, elles furent appelées pour choisir un fouet, car le lien entre une prêtresse et son fouet est quasi empathique, et il n’est pas rare qu’un fouet morde une Novice dont il n’a pas envie… Lena fut la cinquième à passer. Les têtes se dressaient à son passage, certaines sifflant d’un air menaçant, d’autres se déroulant paresseusement. Elle en choisit un qui était nerveux, et qui essaya de la mordre. Elle ne recherchait pas la facilité, au contraire de certaines autres qui prenaient des fouets qui se laissaient faire. Elle esquiva la petite tête triangulaire, et attrapa le manche. La tête revint à la charge, mais elle le fit claquer pour le calmer. Le fouet siffla de mécontentement, mais n’insista pas. Un imperceptible sourire se peint sur les lèvres de ses instructrices.
Une fois que toutes les filles eurent pris un fouet, elles se placèrent dans la salle comme à l’entraînement. Des cris étouffés résonnaient parfois lorsqu’une tête arrivait à planter ses crocs dans la chair tendre d’une Novice.
Le cours commença… Il était d’une simplicité extrême dans la théorie : maîtriser son fouet, et d’une difficulté irréelle dans la pratique. Le fouet avait sa volonté propre, et luttait contre l’inertie du coup pour aller planter ses crocs sur l’utilisatrice du fouet plutôt que sur les mannequins de bois beaucoup moins appétissants. Lena eut le malheur de crier lorsque son fouet la mordit cruellement. Aussitôt une douleur fulgurante lui irradia le dos. Elle s’écroula à genoux lâchant son fouet. Une voix cruelle et implacable retentit derrière elle.

« Ca fait mal ? Sache que le mien a neuf lanières ! Si je t’entends parce que le tien te fait mal, je te ferai goûter du mien pour te montrer la différence et t’apprendre à relativiser ! »

Lena se releva sans un mot, et reprit son fouet. Il essaya à nouveau de la mordre, et une fois de plus elle le fit claquer. L’apprivoisement mutuel ne se fit pas sans mal… Dès qu’elle le portait à la ceinture, le fouet se tordait pour lui mordre la cuisse. Elle était parfois tellement mordue dans la journée qu’elle en avait la vision trouble à cause du venin. De rage, elle le faisait claquer contre la pierre, le marbre, toutes les surfaces les plus résistantes qu’elle pouvait trouver, jusqu’à ce qu’il pende mollement au bout de son bras. Dès que le fouet serpent reprenait connaissance, il recommençait à la harceler. Ses seuls moments de tranquillité étaient la nuit, quand elle le rangeait. Il sifflait de rage de ne pouvoir l’atteindre…
Après le premier coup de fouet qu’elle eut reçu, plus personne n’entendit Lenaliel se plaindre. Elle souffrait dans le silence le plus total, ayant parfois la lèvre aussi ensanglantée que son bras ou sa cuisse à force de retenir ses cris. Le sang coulait par de multiples petites plaies semblables à des trous d’aiguille d’où suintait le venin de la vipère.
Trois longues années de souffrances furent nécessaires à Lena et à son fouet pour s’accepter mutuellement. Le fouet arrêta de mordre Lena quand il s’aperçut qu’elle avait développé une immunité surprenante à son venin, et de fait, Lena avait moins de raisons de le claquer contre les murs. Un statu quo fut mis en place de cette manière, et Lena put pleinement se consacrer à son maniement, plutôt qu’à son dressage.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La déchéance d'une prêtresse.   

Revenir en haut Aller en bas
 
La déchéance d'une prêtresse.
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'auberge de Silver World et SarWyen :: Silver World - Sarwyen :: Les RP-
Sauter vers: